mercredi, décembre 15, 2004

20h20, après quelques heures de conduite…

Une chose est certaine, vous n’aurez pas ma tête cette fois-ci. En tous cas, pas dans l’insert de la cuisine. « Mercredi au plus tard » ne doit pas vouloir dire la même chose dans la tête d’un chef d’entreprise espagnol et dans la mienne…

Ce soir : petite satisfaction professionnelle. Vu de l’extérieur, ça doit être risible ; vu de certains collègues, ça doit sembler méprisable. Pourtant voilà, moi, j’en ai la banane jusqu’aux oreilles. Je m’explique…

Au printemps, un petit « groupe de travail » a été constitué (employés de tout niveau et de plusieurs services) pour cogiter sur la manière d’améliorer les signalements de problèmes techniques sur les bus. D’où un meilleur traitement, un taux de panne réduit, un service amélioré pour notre clientèle.
Parmi un éventail de solutions proposées, j’ai pris l’initiative de créer une nouvelle fiche, plus complète, avec comme base des cases à cocher, un croquis de bus, une partie « commentaires », etc… Fiche améliorée conjointement entre mon PC perso et le service technique, au fur et à mesure des réunions, puis adoptée par Notre Directeur Himself. Déjà, avant l’été, cette fiche avait été présentée dans la feuille d’info mensuelle de l’entreprise. Fierté. Hélas, depuis des mois, plus de nouvelles, à se demander si le projet n’avait pas été finalement abandonné.
Et puis ce soir, rentrant le bus au nettoyage, un agent de maîtrise du remisage vient m’annoncer que les nouveaux carnets sont arrivés ! Ma fiche à moi, reprise intégralement sous forme de carnets, en plusieurs centaines d’exemplaires. Alors là, Méga-Fierté. Et oui, je vous avais dit que cela vous ferait sourire. Mais voilà, on ne se refait pas. Pour moi, travailler dans une entreprise comme celle-ci, ce n’est pas simplement faire ses sept heures et rentrer chez soi. C’est aussi s’intéresser à son fonctionnement et participer à son amélioration. Même très modestement…

Petit bémol, toujours le même : salon non terminé, pas de possibilité d’installer mon bureau, ni mon PC et sa connexion Internet. Et donc, pas de possibilité de continuer le travail. J’aimerais profiter de cette satisfaction pour relancer le petit « guide de dépannage » que j’avais commencé et que Benoît, aux services techniques, avait déjà bien amélioré. Hélas, je suis coincé… A cause de qui ? De José et de ses promesses non tenues, comme d’habitude.
Bon, espérons qu’il fera beau demain matin, histoire d’aller se calmer un peu en arpentant les chemins de la région…


1 commentaire:

Thibaud a dit…

Bravo Fabien pour tes récits / avion


Pour le reste, j'y vois moins d'intérêt; nous sommes désolés que tu ne t'entendes pas au mieux avec ce J que nous ne connaisons pas, mais n'y pouvons vraiment rien !